Engagement ZERO PHYTO

Depuis le 1er janvier 2017, la loi Labbé interdit l’usage des produits phytosanitaires par les collectivités.


Qu’est-ce qu’un produit phytosanitaire ?

c’est un produit chimique utilisé pour éliminer des espèces indésirables ou nuisibles, il en existe plusieurs sortes : les herbicides, les insecticides, les fongicides, les bactéricides, les taupicides …


Mais l’utilisation de ces produits et leur mélange ne sont pas sans danger pour ceux qui les utilisent comme pour ceux qui les subissent, les riverains. Ils sont responsables de plusieurs pathologies (cancer et maladies neuro-dégénératives) et sont suspectés d’être des perturbateurs endocriniens dangereux pour les femmes enceintes et les enfants.

Autres conséquences: ces produits phytosanitaires utilisés pour les espaces verts dans les villes et les villages se retrouvent par ruissellement dans les collecteurs du pluvial puis dans les cours d’eau où l’on en retrouve en quantité importante.

De plus en voulant se débarrasser des mauvaises herbes et des nuisibles, on porte atteinte à la biodiversité : diminution des insectes pollinisateurs (abeilles, papillons …).


La commune de Mas Saintes Puelles a décidé de s’engager avec le zéro phyto dans une stratégie de développement durable pour:

  • Préserver la qualité des rivières et des nappes et notamment les eaux destinées à l’alimentation en eau potable.
  • Préserver la santé des habitants et celle des agents techniques d’entretien des espaces verts et de la voirie.
  • Préserver la biodiversité.

Plus d'un an sans produit phytosanitaire, où en est-on ?


Cela fait plus d’un an que la commune a cessé l’utilisation des produits phytosanitaires sur ses espaces verts, sa voirie et les deux cimetières.

Les trois employés du service technique, David, Daniel et Habib ont dû changer radicalement leurs méthodes d’entretien. Là où un traitement chimique se faisait avec un seul passage, il faut maintenant des passages réguliers pour intervenir manuellement ou mécaniquement afin d’entretenir au mieux le village.

Cette première année d’expérimentation est plutôt encourageante, même si le printemps pluvieux a fait pousser l’herbe très vite et a donné le sentiment d’être débordé.

Les massogiens sont dans l’ensemble compréhensifs et certaines personnes font leur part en désherbant devant leur habitation comme cela devrait être généralisé, nous les en remercions.

L’entretien de la place du foyer rural représente un véritable défi que les employés ont eu à coeur de relever. L’utilisation d’une désherbeuse mécanique complétée d’un désherbeur thermique a été concluante. Ainsi la place qui sert pour le tournoi annuel de pétanque était en état pour le jeudi de l’Ascension.

Les cimetières représentent également des lieux sensibles aux changements de pratiques, il faut occuper les espaces avec des plantes vivaces pour empêcher l’invasion des herbes et accepter la présence de quelques plantes sauvages. Cela demande du temps pour en voir les effets positifs.

Au cimetière vieux, les plantations effectuées en octobre dernier ont pris et elles seront étendues au cimetière neuf à l’automne prochain. Les jeunes plants donnés par les serres départementales ont été protégés durant l’hiver par un paillage efficace.


#

Soirée d’échanges autour du zéro-phyto le vendredi 23 mars dans le cadre de la semaine du développement durable


L’engagement zéro-phyto ne relève pas uniquement du domaine de la collectivité locale, ils’adresse à toute personne concernée par la préservation des ressources en eau, la biodiversité et la santé publique.

Une trentaine de massogiens a participé à cette soirée d’échanges avec la présentation du film d’Erik Fretel « Bye bye pesticides ». Ce documentaire qui montre de nombreuses expériences de collectivités avant l’interdiction de 2017 et l’évolution du ressenti des habitants, a servi de base à l’échange entre les participants.

Un prochain rendez-vous sera fixé à l’automne et portera davantage sur les pratiques de jardinage de chacun.

La réunion s’est terminée par des dégustations potagères (soupes, verrines, feuilletés au pesto à l’ail des ours…) qui ont eu beaucoup de succès.

#

Les démarches et le calendrier


L’engagement zéro-phyto, c’est aussi un calendrier à respecter avec des visites de suivi, des dossiers à remplir pour obtenir des subventions et une labellisation de la commune que nous espérons pour cette année. Les élues en charge des dossiers et les employés du service technique ont du pain sur la planche !

Le 27 mars 2018 : Dépôt du dossier de demande d’aide financière à l’Agence de l’eau pour obtenir 80 % du coût de l’élaboration d’un PAPPH ( Plan d’Aménagement et de Pratiques Horticoles).

Document de travail qui recense tous les espaces à entretenir, qui propose des solutions d’aménagement adaptées et qui permet d’obtenir des subventions de l’Agence de l’eau pour l’achat de matériel.

Le 15 mai 2018 : Visite de suivi de Mme Setzkorn, ingénieur en environnement et Mr Baron, responsable des serres départementales. Conseils pour l’aménagement des cimetières et de la cour de la cantine.

De fin mai à début juin : Elaboration du PAPPH de la commune avec la Chambre d’Agriculture de l’Aude.

Mi-juin : Approbation du PAPPH par le conseil municipal et envoi de devis de matériel complémentaire à l’Agence de l’eau.

Fin juin : Renouvellement de l’adhésion à la charte zéro-phyto de la Fredon Occitanie (Fédération régionale de défense contre les organismes nuisibles) en vue d’une labellisation de la commune niveau 3.

13 Septembre 2018 : Visite du jury de la Fredon Occitanie et obtention du label TERRE SAINE.

Une belle récompense pour les élus et l'équipe municipale.

Octobre (date à préciser) : Réunion d’échanges de pratiques de jardinage.

Sensibilisation des enfants à la préservation de l’environnement


Pendant les Temps d’Activités Périscolaires (TAP), les ateliers « nature » proposés après la classe par l’association Nature en jeu, sensibilisent les enfants à la biodiversité qui les entourent et les initient au jardinage naturel.

Vous pouvez voir leurs carrés dans la cour de la cantine ainsi que leur hôtel à insectes.

Pour cette année scolaire, l’étude des plantes « sauvages de rue » est poursuivie avec la mise en place d'un sentier dans le village ponctué de petits panneaux nominatifs et explicatifs des plantes de rue.